Face à une population vieillissante, au nombre croissant des maladies chroniques (telles que les cardiopathies, les cancers, les maladies respiratoires chroniques et le diabète) et à un déficit de personnel soignant, le gouvernement a imaginé une transformation en profondeur de notre système de santé. La stratégie « MA SANTÉ 2022 », annoncée en 2018 par le président de la République, veut favoriser une meilleure organisation des professionnels de santé

 

Le soin d’une plaie implique de traiter ses causes. On ne traite pas que la plaie mais bien le patient dans sa globalité. Le soin des plaies se trouve au carrefour de nombreuses disciplines. Lorsque l’on parle d’approche holistique de la prise en charge des plaies, on a affaire à une approche structurée et complète du traitement des plaies. Il faut prendre en compte les différents facteurs qui peuvent affecter la cicatrisation de la plaie afin d’avoir une bonne base de référence pour suivre le processus de cicatrisation. Des ajustements peuvent être faits toujours dans le but d’une meilleure prise en charge. Dans cet article, nous allons passer en revue tous les aspects à prendre en compte pour une cicatrisation optimale.

Pour toute plaie de façon générale, la rapidité est un facteur clé.
Plus on pose un diagnostic rapide, plus on traite rapidement et plus on a de chance de guérison.
Quand on prend trop de temps, le risque d’atteinte nécrotique augmente et le délai de cicatrisation
est considérablement accru. Chez les personnes à risque de plaie chronique (diabétique, personnes
âgées…), il est donc important d’évaluer régulièrement, notamment au moment des toilettes,
l’état de la peau et la présence éventuelle de rougeurs ou de lésion